P. Maury légendeInterview du Dr Philippe Maury, premier auteur de l’article “Valeur de l’intervalle entre sommet et fin de l’onde T dans la stratification du risque rythmique dans le syndrome de Brugada: un critère indépendant et puissant.”

Increased Tpeak-Tend interval is highly and independently related to arrhythmic events in Brugada syndrome.

Maury P, Sacher F, Gourraud JB, Pasquié JL, Raczka F, Bongard V, Duparc A, Mondoly P, Sadron M, Chatel S, Derval N, Denis A, Cardin C, Davy JM, Hocini M, Jaïs P, Jesel L, Carrié D, Galinier M, Haïssaguerre M, Probst V, Rollin A.

Heart Rhythm. 2015 Jul 21. pii: S1547-5271(15)00942-X. doi: 10.1016/j.hrthm.2015.07.029.

 

La stratification du risque de mort subite dans le cadre du syndrome de Brugada reste très imparfaite, discutée voire disputée, et ne repose actuellement que sur l’existence de syncopes et d’aspect ECG de sus-décalage de type 1 spontané.

D’autres critères comme les QRS fragmentés ou la présence de sus-décalage dans les dérivations périphériques ont été proposés, notamment par nos équipes, mais aucun de ces critères n’est pour l’instant largement accepté par la communauté scientifique.

La durée de l’intervalle entre le début et la fin de l’onde T (intervalle Tpe) est un marqueur de la dispersion transmurale de la repolarisation, relié à la survenue d’arythmies ventriculaires dans divers contextes et cardiopathies. Cependant ce critère reste discuté dans le cadre du Bugada et les études à ce sujet donnent des résultats discordants.

Quel est l’objectif de cette étude ?
L’objectif de cette étude était de tester la corrélation entre la valeur du Tpe dans une large cohorte de Brugada. 325 patients consécutifs avec Brugada (age moyen 47±13 ans, years, 259 hommes) avec sus-décalage de type 1 spontané (143, 44%) ou induit par des drogues (182, 56%) ont été rétrospectivement inclus, provenant de Toulouse, Nantes, Bordeaux et Montpellier.

226 étaient asymptomatiques (70%) alors que 99 avaient présenté des syncopes inexpliquées (22%), et 26 étaient ressuscités de mort subite ou avaient présenté des thérapies appropriées par leur défibrillateur (8%) soit avant le diagnostique soit sur un suivi de 48±34 mois.

Le Tpe était calculé comme la différence entre le QT et la durée entre début du QRS et pic de l’onde T (QT pic) mesurés dans chacune des dérivations précordiales.

Le Tpe de V1 à V4, la valeur maximale du Tpe dans les précordiales (maxTpe) et la dispersion du Tpe dans les précordiales était significativement plus long chez les patients avec mort subite ou thérapie inappropriée ou chez ceux avec syncope comparé aux asymptomatiques (p<0.001). Un maxTpe > 100 ms était présent chez 47 des 226 patients asymptomatiques (21%), chez 48 des 73 patients avec syncope (66%) et chez 22 des 26 patients avec arythmies ventriculaires malignes (85%) (p<0.0001). En analyse multivariée, un maxTpe > 100 ms était le facteur indépendant le plus puissant d’arythmies ventriculaires (OR 9.61; 95% confidence interval 3.13–29.41; p<0.0001).

image itw P. Maury

En conclusion de cette étude, le Tpe dans les précordiales était hautement corrélé aux arythmies ventriculaires malignes dans cette large cohorte de patients avec syndrome de Brugada. Ce simple marqueur ECG pourrait être utilisé pour raffiner la stratification du risque rythmique des patients asymptomatiques.